FireBoard
Welcome, Guest
Please Login or Register.    Lost Password?
Diriger, ce n'est pas exercer le pouvoir. C'est différent. (1 viewing) (1) Guest
Go to bottom Post Reply Favoured:
TOPIC: Diriger, ce n'est pas exercer le pouvoir. C'est différent.
#215
admin (Admin)
Admin
Posts: 146
graph
User Offline Click here to see the profile of this user
Diriger, ce n'est pas exercer le pouvoir. C'est différent. 5 Years, 11 Months ago Karma: 0  
Ce sujet traite du contenu de l'article: Diriger, ce n'est pas exercer le pouvoir. C'est différent.

A l'exception de la Chine, notamment sous Mao, le Net est le seul lieu au monde où multiplier les fautes de direction est un moyen sûr pour reconcentrer tous les pouvoirs quand une faible partie d'entre eux pourrait vous échapper.
Mao avait bien utilisé cette astuce avec la Campagne des Cent Fleurs : "Que cent fleurs s'épanouissent ! Critiquez librement ce qui ne va pas !"...
"Bon, maintenant qu'on sait les identités de tous ceux qui ont assez de courage pour critiquer, au gnouf puis déportés en camps de travaux forcés, tous ceux-là !". Et voilà : le Führerprinzip est rétabli !

Les forums québécois à prétentions politiques en sont des exemples permanents : les québécois n'ont pas une longue expérience de la démocratie, et aucune de la république. La reine d'Angleterre est toujours leur chef d'état nominal. Leur héritage traditionnel consiste à avoir résisté à la violence institutionnelle et à l'hypocrisie des anglos, puis à se débarrasser de l'hégémonie de l'église catholique ; et c'est tout.

Voici un exemple de "loi" :
QUOTE:
Les propriétaires de [censuré] se réserve le droit de supprimer, modifier ou fermer tout sujet pour n'importe quelle raison.

J'ai respecté leur faute de grammaire.
Une autre loi qui n'est pourtant pas écrite, est qu'on ne peut protester publiquement contre aucune décision de la dite direction.
D'où l'astuce : faire ouvertement de grosses fautes et de grosses injustices, alors on accule le futur condamné à réagir, et on peut alors le vaporiser comme contrevenant à la règle "On ne critique l'arbitraire de la direction qu'en s'adressant en privé à celle-ci, et à condition que la dite direction se laisse adresser un message".

Voilà comment le despotisme se maintient. De là à ce que ça devienne une école de démocratie, le Yellowstone aura pété de nouveau...
 
Report to moderator   Logged Logged  
 
Le militantisme victimaire rend-il davantage fou, qu'il n'attire les déséquilibrés ? Ceux qui veulent devenir bourreaux ou bourrelles à leur tour ?
Je m'inquiète des antidotes...
  The administrator has disabled public write access.
Go to top Post Reply
Powered by FireBoardget the latest posts directly to your desktop